+ Filters
重新查找
Filters
可使买的 Exact word(s) Only in the title
网上商店Loading...
素质Loading...
价格Loading...

Live auction - bry_643704 - HENRY II Demi-henri d'or à la Gallia n.d. Paris

HENRY II Demi-henri d or à la Gallia n.d. Paris AU
得先注册又得到批准才可以报价。为了报价注册. 客户应该得到公司允许,那种过程需要 48 个小时。别等出售结束那一天才登记。您报价的话等于您赞成买那物品,而且按« 保价 » 证明您接受 cgb.fr 因特网拍卖使用法. 报价时只可以出全数值欧元总额。物品描述也说明销售结束时间,结束后出价都不会生效。 报价命令转达有时变动,等到最后秒钟增加否决的可能会。想多了解的话请注意 因特网拍卖常问

最高出价方将支付12%的不含税的拍卖费用
live-auction结束日期
2021/03/09 14:00:00
bry_643704
1046
您需要先登录才能出价
登录点击这里
种类 Demi-henri d'or à la Gallia
日期: 1554
日期: n.d.
铸币厂名称/城市 Paris
材质 gold
纯度、成色(用角密度) 958 ‰
直径 20 mm
模子方针 6 h.
重量 1,84 g.
稀少度 R3
关于品相的说明
Ce demi-écu d’or est frappé sur un flan large et plutôt régulier. Superbe exemplaire
出版目录中的项代码 :
家谱
Exemplaire vendu par Christie’s le 6 octobre 1987 lors de la dispersion de la collection Pflieger (Gallia collection), n° 219

正面


正面的文字 HENRICVS. II. DEI. G. FRAN. REX, BUSTE LAURÉ ET CUIRASSÉ D’HENRI II À DROITE.
正面的说明书 Écu de France couronné ; lettre d'atelier à la pointe de l'écu.
正面的翻译 (François, par la grâce de Dieu, roi des Francs).

背面


背面的文字 OPTIMO PRINCIPI (MM).
背面的说明书 La Gaule drapée, assise sur un bouclier, tournée à gauche, portant un casque fleurdelisé, tenant de sa main gauche une victoire ailée lui tendant une couronne de laurier ; sous un trait d’exergue GALLIA.
背面的翻译 (Le Christ vainc, le Christ règne, le Christ commande).

评论


Type monétaire d’une insigne rareté, connu à deux exemplaires selon Michel Dhénin dans le Club Français de la Médaille, n° 69, 1980, p. 126-129 et 134 et trois exemplaires selon Franciae IV. Nous en avons en effet recensé trois, tous issus de la même paire de carrés et figurant dans des collections prestigieuses : vente de la collection Marchéville (Florange Ciani, 22 avril 1928, n° 2624 ; vente de la collection Pflieger (Christie’s 6 octobre 1987, cet exemplaire) et vente de la collection Claoué (Crédit de la Bourse, 26-28 avril 1993, n° 521). Avec seulement trois ventes depuis 1928, il s’agit de l’une des monnaies les plus rares de la numismatique française, bien plus rare que le “florin georges” ou la couronne d’or de Philippe VI de Valois. Les collections nationales, celles du Cabinet des médailles de la Bibliothèque Nationale de France conservent le double henri d’or - dont 7 exemplaires seraient connus - ainsi que le henri d’or réputé unique, mais pas de demi-henri d’or ! Deux piéforts du demi-henri d’or y sont toutefois conservés. Le demi-henri manque aux plus grandes collections, ainsi l’exceptionnelle collection de Stéphane Barbier-Mueller ne possède que le double henri (n° 71). Le type monétaire du revers est une adaptation de la Rome nicéphore assise sur des trophées se retrouvant sur des sesterces de Néron frappés en 54-55. Le motif a été détourné en rajoutant un lis sur le casque de la Gaule, en mettant un boulet à la place du casque qui figurait à ses pieds et en remplaçant le nom ROMA par GALLIA. Rome devient la Gaule. La légende du revers est reprise sur certaines monnaies de Trajan portant la légende SPQR OPTIMO PRINCIPI. L’extension de l’Empire romain était alors à son apogée. En dehors des jetons et des médailles, cette monnaie est le premier témoignage du retour à l’antique. La Renaissance française, bien connue dans l’art pictural et en architecture a mis plus de temps à s’instaurer dans l’art de la gravure des monnaies de circulation. Sur le plan technique, il s’agit d’un témoignage de tout premier plan, la première monnaie frappée en France selon les procédés du moulin et du balancier récemment importés en France depuis Augsbourg suite à des transactions menées secrètement par l’ambassadeur Marillac auprès d’un orfèvre utilisant un nom d’emprunt. La volonté de développer un nouveau système de frappe est venu directement du roi, qui fit de grande réforme en matière monétaire. Il érigea notamment la Chambre des monnaies en cour souveraine, introduisit les millésimes sur les monnaies royales françaises. Le moulin fut établit au bout de l’Île de la Cité, dans le moulin dit “des Étuves” et placé sous la direction d’Étienne Bergeron, dont le différent, un monogramme EB est présent sur la monnaie après le mot PRINCIPI. La série “à la Gallia” ne porte pas de millésime, toutefois nous savons d’après les archives qu’elle fut frappée en 1554 et mises en circulation en 1555 : “Par notre commandement et ordonnance ayt été battu en notre monnoye des étuves à Paris depuis un an en ça une certaine quantité de deniers d’or appelés escus henrys doubles et simples et demis de nouvelle forme et d’autre différente des battues en nos monnoyes ordinaires ausquelle n’auront encorre esté donné cours par nos lettres patentes” (Dhénin, 1980, p. 128). D’après le Franiciae IV, p. 473, 1600 doubles henris d’or et 4000 henris d’or (chiffre comprenant des demi-henri) auraient été frappés. Ce chiffre est erroné et surévalué. Jean Lafaurie et Pierre Prieur donnaient en 1956 un chiffre de mise en boîte de 20 henris d’or, soit 4000 exemplaires frappés (règle d’une pièce mise en boîte pour 200 frappés). Cette information est certainement issue du registre AN, Z1b 340 regroupant notamment l’ouverture des boîtes pour la Monnaie des étuves de Paris. Ce registre, dont nous donnons la retranscription ci-dessous nous apprend que ce sont en fait 4034,5 henris d’or qui ont été frappés (chiffre comprenant des doubles, des henris et des demi-henris d’or). Le poids d’or monnayé fut de 60 marcs 29/134, soit 14,7381 kg. Les délivrances ont été faites sur seulement 19 jours, entre le 28 novembre et le 16 décembre 1554 et la boîte fut ouverte le 4 avril 1555 en présence du maître Étienne Bergeron. Les monnaies ont été jugée de bons poids et titre. Cette notice présence en outre que les henris d’or avaient cours pour 50 sols tournois (25 sols pour le demi-henri d’or) et que la taille au marc était de 67 pièces, soit 134 pour les demi-henris d’or (1,8265 g). Le titre était à 23 carats (958/1000) avec une tolérance d’un quart de carat (948/1000)
Archives nationales, Z1b 340 :
« Estat faict à Estienne Bergeron, maistre particulier de la Monnoye des Estuves à Paris, d’une boeste de deniers henriz de LXVII pièces au marc à XXIII karatz et loy et une quart de karat de remede pour marc, ayant cours pour L sols tournois pièce et les doubles et demiz à l’équipollant dont on esté fètes plusieurs délivrances du XXVIIIe novembre mil Vc cinquante quatre que la première délivrance fut faicte jusques au XVIe décembre includ ensuyvant audit an mil Vc LIIII en laquelle boeste avoyt XX deniers desdits henry qui font quatre mil d’iceulx touteffoys y a quatre mil trente quatre henriz et demy de henriz qui poisent LX marcs XXIX VIxx XIIIIe de marc d’or auroit achepté marc VIIIxx XII livres, brassaige XXIX sols tournoiz.
Rend pour chacun marc d’or, LIIII sols IIII deniers vallant VIIIxx livres XI sols 6 deniers obole.
Et fut ouverte ladite boeste le quatrième avril MVIc LIIII avant Pasques en la présence dudit maistre des Estuves de ladite Monnoye.
Et le VIIIe jour desdits moys en an, fut jugée droicte de poix et de loy.
Somme de cette boeste VIIIxx livres XI sols VI deniers obole tournoiz ».

历史细节


HENRI II

(31/03/1547-10/07/1559)

Born in Saint-Germain-en-Laye in 1519, Henry II was the second son of Francois I and Claude de France. Dolphin death of his elder François (1536), he ascended the throne in 1547. Continuing the policy of his father, the new king soon came into conflict with the Emperor in the East and Italy. Victorious in 1552 (expedition against Metz), beaten in Saint-Quentin (1557), again victorious at Calais and Gravelines (1558), Henry II succeeds better than his father. An era ends with the signing of the Treaty of Le Cateau (2 and 3 April 1559): France kept the Calais and without even explicitly mentioned, kept the Three Bishoprics (Metz, Toul and Verdun), but finally gave up Italian dream. Elizabeth married Philip II of France, daughter of Henry II, and Emmanuel Philibert of Savoy Margaret, daughter of Francis I.. His side, Charles had to abandon the universal monarchy and share his vast empire in Spanish monarchy and Germanic monarchy, which keep the imperial title. He abdicated in 1556. The same continuity emerges in domestic politics. The first absolutism says, persecution against Protestants takes its rise: a fiery House established the Parlement of Paris to fight against heretics. The Business Council or Council definitively narrow separation of the Grand Council and the Privy Council. The institution of bailiwicks présidiaux in 1552, meant to accelerate the course of justice, served mainly to get money in the royal coffers. The court of France was dominated by Diane de Poitiers, mistress of the king, by the Constable de Montmorency, always a favorite, and the three brothers Coligny: Odet, Bishop-Count of Beauvais, Gaspard, Admiral in 1551, François Dandelot , Colonel General of the Infantry. Coligny stood face to the party of Guise, cadet of the house of Lorraine Claude, duke and peer, Cardinal Jean de Lorraine, his brother both died in 1550, and François de Guise, son of Claude and his brother Cardinal Charles de Lorraine. The king's authority prevented these rivalries degenerate. The reign of Henry II saw especially the development of Protestantism in France, in the form that was given to him by Calvin, who fled to Geneva, was master of the city from 1541 to 1564. Married to Catherine de 'Medici in 1533, Henry II had thirteen children, five son. Three of them succeeded him: Francis II (1559-1560), Charles IX (1560-1574), Henry III (1574-1589).

By using our site, you agree to our use of cookies to enhance your experience.

x
Would you like to visit our site in English? https://www.cgbfr.com